Sylvester Stallone, symbole de détermination

Différence entre sèche et perte de poids ?
30 mai 2017
Découvrez mon passage à la télévision belge
3 décembre 2017

 

Symbole d’un cinéma américain bodybuildé, Sylvester Stallone a réussi  dans  les années 70 et 80, à incarner une Amérique triomphante et à rentrer dans la légende des acteurs d’action hollywoodiens.   

Depuis, malgré les décennies qui défilent et le temps laissant les marques de son passage sur son visage, Sylvester Stallone, 71 ans aujourd’hui, ne cesse de continuer à nous subjuguer par sa forme olympique et sa musculature toujours aussi joliment dessinée.  
Même si certains le caricaturent de véritable brute qui défonce tout à l’écran, Sylvester Stallone force l’admiration de la plupart d’entre nous.
Puisque derrière ses muscles de fer, se cachent un courage et une détermination à toute épreuve.

 

 

Des débuts difficiles 

Sylvester Stallone a vu le jour le 6 juillet 1946, à New York de l’union de Franck Stallone et de Jacqueline Labofish. Sylvester Stallone va grandir dans une double culture puisque  son père est italien et sa mère ukrainienne et française, sous  l’influence du rêve américain.
Élève turbulent en classe, il sera renvoyé 14 fois en 11 ans. Son chemin visiblement est ailleurs que sur les bancs de l’école.
Très vite, il se passionne pour le cinéma et malgré une légère paralysie faciale de naissance, il  entreprend des études d’art dramatique à Miami. Sylvester Stallone est déjà un jeune homme déterminé, poursuivant ses rêves.
Cependant, à la fin de ses études, sa carrière en tant que comédien a du mal à démarrer. Il fait quelques apparitions dans des pièces off-Broadway. Mais aucun rôle ne le propulse encore à la première place.
À une certaine période, n’ayant aucune proposition, il devient sans domicile fixe et pour pouvoir se nourrir, accepte de jouer dans un film érotique, « The Party at Kitty and Stud’s ». Sa carrière est au point mort.
Malgré cette période difficile, Sylvester Stallone ne baisse pas les bras. Et au lieu d’attendre le rôle qui le révèlera enfin, il décide de forcer le destin en écrivant un scénario  à son image, inspiré  d’un combat de boxe auquel il assista entre Mohamed Ali  et un boxeur inconnu, Chuck Wepner.  Rocky allait bientôt voir le jour.

 

Une détermination à toute épreuve 

Les producteurs d’Hollywood sont très attirés par le script de Sylvester Stallone. Seulement, ils ne souhaitent pas lui confier le premier rôle. Ils pensent plutôt à des acteurs comme Robert Redford,  Burt Reynolds ou Ryan O’Neal, beaucoup plus connus que lui, à l’époque. Mais Sylvester Stallone reste déterminé et malgré l’offre de 150 000 dollars proposée pour l’achat de son script, ce dernier refuse.

À force de persévérance, il finira par concrétiser son rêve et a interprété Rocky en 1976, sous la réalisation de John G. Avildsen. Rocky est reçu de façon triomphale et malgré ses 1 mois de réalisation et un tout petit budget, Sylvester Stallone arrive à faire décrocher au film, dix nominations aux Oscars.   C’est le début d’une longue série où Sylvester Stallone interprètera  six autres  fois le rôle de Rocky (en 1979, 1982, 1985, 1990, 2006 et 2015).

Début des années 1980, il enfile son uniforme de combat et se coule dans le personnage de Rambo, un vétéran du Viêt Nam. Encore un second triomphe pour Sylvester Stallone qui réhabilite ainsi, l’image de l’Amérique vis-à-vis de sa position dans la guerre du Viêtnam.   

Dans les années 1980, Sylvester Stallone jouera dans d’autres films. Cependant, ses personnages de Rambo et de Rocky ayant marqué fortement les esprits, ses autres rôles passeront plus inaperçus.

Il faut dire que le personnage de Rocky présente des similitudes avec les évènements de la vie de Sylvester Stallone. La vie de  gens qui commencent modestement au départ, mais qu’à force de détermination et de courage, arrivent à se hisser à la première place. Rambo, quant à lui, représenterait certains traits obscurs de Sylvester Stallone.

Un entraînement intensif 

Dès son plus jeune âge, Sylvester Stallone voue une passion pour la culture physique. À partir de l’adolescence, il s’entraine déjà dans les salles de gym ou encore sur les marches du   Philadelphia Museum of Art. Cette pratique va lui permettre de développer et d’acquérir les bases d’une musculature ferme et solide.
Mais Sylvester Stallone se donne à fond dans ses projets, et pour interpréter ses rôles de Rocky et de Rambo, il va suivre une série d’entraînements très pointilleux et intenses.
Pour obtenir les bras de Rocky ou de Rambo,, il va suivre un programme hors-norme, axé principalement sur les biceps, les avant-bras et les triceps. Pour les biceps, les exercices consisteront en des séries de  tractions vers le bas et flexions des avant-bras à la barre ainsi que des flexions avec la poulie haute puis basse.Concernant les avant-bras, des flexions des poignets seront réalisées 25 fois avec des haltères vers le haut, puis vers le bas tout en étant assis sur un banc. La série se terminera par une traction immobile pendant 2 minutes.
Les triceps sont d’abord travaillés par une série de  12 développés couchés explosifs, suivis de 25 clips et de Pompes avec position des mains rapprochée. La séance se termine par 1 minute de gainage en position de pompe.
À ce programme, Sylvester Stallone couplé la course à pied, les séances de boxe ainsi que des séries de corde à sauter.Résultat : en 6 semaines, Sylvester Stallone avait réussi à prendre 5 kilos de muscles secs et ses biceps ont atteint 45 centimètres de tour.Aujourd’hui, Sylvester Stallone a su conserver une musculature exceptionnelle, faisant bien des envieux. Sa force physique, il l’a tient principalement de sa détermination, de sa rigueur dans ses entraînements et de sa persévérance.  

Sylvester Stallone vante les hormones de croissance.

Non seulement Sylvester Stallone a utilisé des hormones de croissance pour prendre de la masse et incarner son personnage de John Rambo, mais il plaide aussi en faveur de ceux qui y ont recours.

«L‘hormone de croissance humaine (hGH), ça n’est rien du tout», explique l’acteur  dans les colonnes du magazine Time, ajoutant que tous ceux qui la confondent avec les stéroïdes anabolisants sont tout simplement mal informés.

Parce qu’elle est devenue pratiquement indétectable, l’hormone de croissance humaine est devenue une substance largement usitée dans le monde du baseball et d’autres sports où sévit le dopage.

«En prenant de l’âge, la testostérone me procure un véritable bien-être», confie «Sly». Il estime que passés 40 ans, tout homme devrait s’y intéresser parce qu’elle (la testostérone) améliore la qualité de vie. Sûr de son fait, l’acteur donne rendez-vous dans dix ans à ses détracteurs pour faire le point.

Note moyenne des utilisateurs :

1 Comment

  1. Menil dit :

    J’aimerai etre comme lui, meme à 50 ans. Vraiment, la musculation conserve

    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *